Make your own free website on Tripod.com
Page de Bienvenue LEÇONS APPRISES
Le travail réalisé durant ce temps, nous a enseigné que :
1 La mission que se planifia (al crearse) au CCIMCAT fut la clé et a été un succès pour deux raisons : d'un côté, la réponse aux nécessité des femmes paysannes dans un contexte nacional d'ouverture à la démocratie et de vigilance des organisations syndicales paysannes.  D'un autre côté, parce que les femmes qui ont fondé le CCIMCAT étaient des dirigentes paysannes reconnues par les femmes et pour leurs organisations syndicales paysannes.
2 C'est fondamental de savoir clairement ce que l'on veut obtenir et comment atteindre son but ou ses objectifs.  Le CCIMCAT a su clairement identifier que l'habilitation sera le moyen stratégique pour atteindre un but : que les femmes paysannes accèdent à des niveaux de décision des organisations syndicales.
3 Pour habiliter les femmes paysannes, elles devaient utiliser la théorie, mais elles devaient le faire de manière claire, simple et avec des exemples concrets, réels, tirés de leur propre réalité.  De plus, elles en avaient pas assez de réaliser les ateliers d'habilitation, elles se devaient de faire un suivi et/ou le travail d'aide personnalisé aux participantes pour qu'elles utilisent la pratique qu'elles ont apprise et dont elles ont eu l'ortientation adécuate dans des situations concrètes.
4 En plus de préparer les contenus de l'habilitation, les formatrices doivent savoir clairement que les concepts, les idées, l'information doivent être assimilés par les participants et que ceux-ci doivent comprendre clairement et être capables de les manier et/ou de les assumer.  Ceci est un aspect que le CCIMCAT doit approfondir.
5 Dans le même ordre idée que le point précédent, il est nécessaire que les formatricesgardent un discours semblable sur la position ou les fondements théoriques et philosophiques de l'institution.  Ceci garantira que les différents groupes de femmes, dirigentes communes et syndicales et les autres reçoivent la même information sur le CCIMCAT et sur ses fondements  théoriques, méthodologiques et/ou phylosophiques.  De plus, l'institution garantira la viabilité du processus d'habilitation.
6 En relation à la production. il est important que les groupes de femmes assument que les activités productives ne sont pas des bienfaits , mais plutôt un processus d'autogestion.  Ce principe inicié  par le CCIMCAT a contributé à ce que les groupes de femmes s'organisent en fonctions de règles claires et que ce que les femmes changent leur position de faire des bénéfices en relation avec son propre projet. 
7 C'est bien important d'écouter et de connaître les intérêts que les femmes ont autour des activités économiques et productives, il est nécessaire que les participantes analisent non seulement les activités qu'elles vont réaliser, sinon aussi dans les possibilités techniques et réalistes qui existent pour réaliser le projet. Même s'il est nécessaire d'analyser la participation de la femme dans un projet productif, comment il va affecter ses relations avec son mari et avec les autres membres de la famille.  Il faut aussi analyser le contrecoup possible du mari, planifier le temps que la femme va dédier à son travail et de plus voir quels bénéfices il va LUI apporter comme personne.
8 Il est recommendé de présenter avec une étude complète les activités productives qu'on veut inciter et le potentiel du marché pour le produit (étude de faisabilité).  De cette manière, les femmes auront des éléments majeurs pour décider.  Il est très risqué d'inicier un processus d'activité productive qui implique un investissement de temps, des ressources humaines et monaitaire pour un projet qui n'est pas rentable.  Ceci démoralise tout spécialement la femme et la insécure afin d'assumer des défis de ce type.  De plus, il y en a qui prenne en compte cet "échec" qui est socialement sanctionné au niveau familial et commun.
Retour