Make your own free website on Tripod.com
Page de Bienvenue LE VISAGE DU FUTURE
Un éveil vital
Ces histoires et beaucoup d'autres renferment des appreciations communes ressenties au fait que "les femmes ne savaient pas lire, pour ceci nous ne nous habilitons pas et nous ne progressions pas" ou " ... nous avions des intérêts, mais nous ne savons pas lire".  Seulement ce fait marqua une différence vitale avec autrefois. Le fait que les femmes reconnaissent la connaissance comme un instrument de premier ordre pour renfonrcer leur participation, leur possibilité d'apporter au développement, leur valorisation et l'exerce de leurs droits ... c'est un grand avancement.  De plus, elles reconnaissent que pour acquerir les connaissances nécessaires, pour mieux comprendre leur réalité, il leur manque certains outils comme l'alphabetisme et les habilitations.

Elles manifestent ouvertement leurs intérêts dans les activités qui en d'autres temps seraient impensables pour les femmes.  Non seulement elles n'étaient pas prises au sérieux, elles réclamaient seulement leur droit à s'habiliter ou à participer.  Elles pensaient qu'ainsi étaient les choses. Ce changement dessina les contextes supérieurs que sont la base insdispensable pour avancer et pour comprendre les fondements de ces avancements.

C'est un éveil vital, il est perçu de différente manière.  Ce n'est pas seulement de dire "j'ai le droit" sinon "je peux" et non seulement "je peux" sinon "je veux".  L'élément volatile dans ce contexte démontre que l'exclusion fut historiquement (impuesta). Les arguments qui intentèrent de fonder l'absence des femmes dans le processus de la prise de décisions respectant de développement pour "le manque d'intérêts, de capacité ou de conditions" ne correspondent pas à la réalité, parce qu'au moment que commence un processus lent de renversement, les réponses son immédiates.  L'avidité pour apprendre saute aux yeux, et lamentablement la capacité (estatal) et de la société civil pour la satisfaire, sont absolument insufisants pour couvrir minimalement la demande.

Ainsi nous avons appris de cette histoire que les femmes sont capables de prendre la parole, elle peuvent alors exprimer leurs pensées et faire sentir leur présence. (Suena) facile mais qui vont sortir de la difficulté de scénarios caractérisés par l'exclusion sociale, la discrimination et la dévalorisation; (requieren) une dose significative d'un effort et de bravoure pour se jeter dans la piscine et protagoniser (protagonizar) des changements autant essentiels que complexes. Ces témoignagent et réflexions à la premiere personne ainsi vous le démontre.

C'est que ne se traite pas seulement de prendre la parole.  C'est tout ce que signifie la possibilité de la prendre, les conséquences, les mondes qui s'ouvrent.  C'est donner un changement au monde, à la vie, à la tradition et aux coutumes que bientôt tant de sécurité nous a donné.  Ce type de changement nous oblige a transiter par des périodes d'insécurité et de crises profondes, nous faisant sentir vulnérables... Seule la conviction en ce que nous faisons peut nous donner la force nécessaire pour affronter ce changement.  Ainsi nous l'avons démontré aux compagnes paysannes de Tarija. Pour ceci, nous avons voulu partager avec vous une partie de leur histoires, parce qu'elles ont ouvert la brèche pour les générations futures. Leçon de vie!

Retour